יֵשׁוּעַ ,Yéchoua, ce Messie juif venu parmi nous !

Classé dans : Articles | 0

3. Yéchoua le Messie est Souverain sacrificateur

Les 7 premiers chapitres du livre de Lévitique parlent des réglementations sur les sacrifices que les enfants d’Israël devaient faire à Dieu dans plusieurs cas et surtout en ce qui concerne les péchés commis par les uns ou les autres. Car il est important de savoir que l’expiation des fautes se fait par le sang. D’ailleurs, Dieu a interdit aux enfants d’Israël de consommer du sang car celui-ci a une fonction spécifique à ses yeux. « Car la vie de la chair est dans le sang. Je vous l’ai donné sur l’autel, afin qu’il serve d’expiation pour vos âmes » (Lévitique 17 : 11). Dans l’épitre aux Hébreux, il est aussi à noter ce verset important : « Presque tout d’après la loi, est purifié avec du sang, et sans effusion de sang, il n’y a pas de pardon » (Hébreux 9 :22). Le péché est tellement grave aux yeux de Dieu qu’il faut sacrifier des animaux dans l’ancienne alliance pour apaiser sa colère, d’où cette nécessité de rituels pour différents sacrifices.
yeshuaopenscroll
Yeshua opens the scroll by James Tissot
Le jour du grand pardon ou Yom kippour, le grand prêtre qu’était Aaron, désigné par Dieu devait entrer une fois par an dans le lieu très saint du tabernacle afin d’offrir sur le propitiatoire le sang d’un animal pour les péchés du peuple mais aussi pour son propre péché ; car Aaron était aussi un pécheur comme les autres (Lévitique 16). Tous ces sacrifices se faisaient dans l’ancienne alliance et étaient ordonnés par Dieu jusqu’à une période déterminée : « C’est un symbole pour le temps présent, il signifie que les dons et sacrifices présentés ne peuvent rendre parfait sous le rapport de la conscience celui qui rend ce culte. Ils étaient avec les aliments, les boissons et les diverses ablutions des ordonnances charnelles imposées seulement jusqu’à une époque de réformation » (Hébreux 9 :9-10).
« Mais Christ (Messie) est venu comme souverain sacrificateur des biens à venir; il a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait qui n’est pas construit de main d’homme, c’est-à-dire qui n’est pas de cette création ; et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle » (Hébreux 9 : 11-12).
« Car Christ n’est pas entré dans un sanctuaire fait de main d’homme, en imitation du véritable, mais il est entré dans le ciel même, afin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu. Et ce n’est pas pour s’offrir lui-même plusieurs fois qu’il y est entré, comme le souverain sacrificateur entre chaque année dans le sanctuaire mais pour offrir un autre sang que le sien ; autrement, il aurait fallu qu’il ait souffert plusieurs fois depuis la création du monde ; mais maintenant, à la fin des siècles, il a paru une seule fois pour effacer le péché par son sacrifice » (Hébreux 9 : 24-26).
« Il supprime ainsi la première chose pour établir la seconde. C’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus-Christ, une fois pour toutes » (Hébreux 10 : 9).
Jésus est non seulement Souverain Sacrificateur pour nous mais aussi Sacrifice à notre place !
Un témoignage encore plus percutant réside dans la déclaration même de Dieu : « Christ ne s’est pas attribué la gloire de devenir souverain sacrificateur, mais il la tient de celui qui lui a dit : Tu es mon Fils, je t’ai engendré aujourd’hui ! Comme il dit encore ailleurs : tu es sacrificateur pour toujours selon l’ordre de Melchisédek…Il a appris bien qu’il soit Fils, l’obéissance par les choses qu’il a souffertes ; après avoir été élevé à la perfection, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut éternel. Dieu l’ayant déclaré souverain sacrificateur selon l’ordre de Melchisédek. » (Hébreux 5 : 5-6,8-10).
Celui ou celle qui veut accepter ce que Jésus a fait sur la Croix pour le pardon des péchés peut devenir enfant de Dieu, à condition de se repentir sincèrement.
toraetsoleil
                                                                                                                                                                                       Sylvia Ibrahim