Christ est ressuscité !

Classé dans : Poèmes | 0

Christ est ressuscité !

Il est ressuscité le Sauveur du monde,

La mort l’a relâché des abysses profondes*,

Même un habile peintre ne saurait dessiner,

Le grand mystère de Dieu, brillamment « révélé »,

C’est de Son Père lui-même qu’il a reçu mandat

Telle une personne humaine signant un grand contrat,

« Qu’Il donnera Sa Vie afin de la reprendre »

C’est le pouvoir qu’il a afin de nous surprendre.

jesus-christ-risen

 

Ô mort, où est ton aiguillon de vengeance ?

Avec le diable et avec sa maudite engeance

Qui se sont réunis pour ôter de la terre,

Le Puissant Jésus-Christ qui a vaincu l’enfer ;

Le complot échoué, ils s’en prennent aux vivants

De la race des chrétiens qui parviennent au-devant

Des difficultés et des grandes persécutions,

Grâce au soutien de leur Maître, des frères en action

Ils sont victorieux et ne forment plus « qu’un »

Dans leur amour mutuel, ils partagent en commun

Le mystère de la foi mais aussi de la joie

Par Christ Le Vainqueur, Ressuscité à la fois !

 soleilbrillant

 

Ô Victoire, ô quelle gloire, Christ est ressuscité !

Chantons Alléluia dans les lieux élevés,

La mort n’a pas pu retenir Jésus, mon Dieu

Il est assis sur son trône et règne dans les cieux !

Ma foi repose sur Sa mort, Sa Résurrection,

Je te demande de l’effort pour croire en Son Nom,

Confesse tes péchés, fais réconciliation

Avec ton Sauveur qui te pardonne pour de bon ;

Qui, comme Lui, peut avoir ce pouvoir sur la mort ?

Seul Jésus Fils de l’Homme, Fils de Dieu, Grand et Fort

Peut se targuer d’un titre glorieux et louable,

Car Il a vaincu Satan et aussi le Diable ;

La Passion de la Pâque a ses effets acquis,

Christ, Vainqueur de la mort, le salut est conquis,

De la Croix au tombeau, Jésus mon Divin Roi

Délivre de la mort tous ceux qui par la foi,

Invoqueront Son Nom, échappent de la colère

De Dieu, Son jugement qui viendra sur la terre ;

 hommedevantciel

 

Je t’invite ô ami, à faire un pas vers Lui,

Il en fera deux, pour sauver ainsi ta vie ;

Qu’attends-tu pour le faire, réfléchis, décide,

Car les flammes de l’enfer sont encore avides

Des âmes indécises, incrédules et perdues

Qui ne voient pas le danger et la main tendue

De Jésus le Berger qui les a tant aimées,

Elles choisissent la mort et ainsi ignorer

Que le destin, le sort n’existeront jamais

Pour celui qui a Jésus pour l’é-ter-ni-té !

* Pour faire rimer le poème, abysses est conjugué volontairement au féminin

                Poème écrit par Sylvia IBRAHIM RANDRIA