Le procès de Dieu

Classé dans : Poèmes | 0

jesusfrap

N’avez-vous jamais su ni entendu dire
Le procès prétendu d’un être fait martyr ?
Il nous faut, chers amis, ouïr avec effort
Pour comprendre et saisir ce qu’on se dit encore.
Il nous est apparu comme l’étoile du matin,
Sa naissance voulue n’est pas de plus commun.
Une étoile brillante indiquait un endroit
Où bergers et rois mages, prosternant, sous le toit
D’une étable dépouillée de tout apparat.
Imaginez donc ce bébé emmailloté
Qu’il s’agit du « Messie » attendu, tant d’années,
Dépouillant de la gloire, et il s’est incarné
En un homme terrestre, sans jamais renier
Qu’il est issu du Père, vrai Homme et vrai Dieu,
Attestant ici-bas que le royaume des cieux
« Est venu parmi nous » en Sa Personne même,
Ne tirant aucune gloire de la personne humaine
Mais de Dieu seul avec qui, ils ne forment « qu’Un »
Ce mystère, mes amis, ne vient pas de l’humain
Mais de Celui qui « Est », et aussi trois fois « Saint ».
Nos limites sont grandes et ne peuvent surtout pas
Dépasser celles de Dieu, combien même au-delà !
Et pourtant, je vous dis qu’un procès a eu lieu
Des humains traduisant en justice leur « Dieu »,
L’accusant tour à tour, de tous les faux-semblants,
Jusqu’où vas-tu « humain », dans tes mauvais penchants ?
Quel scandale dans toute l’histoire de l’humanité !
Que des hommes prennent le pouvoir et l’autorité
Pour condamner à mort la « Sainte Divinité » !
Ô mon Dieu, aie pitié de ce grave péché.
Mais quel crime a-t-il fait ce Messie et ce Roi,
Pour être ainsi traité comme un simple « renégat » !
Pourtant, Il a pris tous nos péchés sur la croix,
Telle une brebis muette et docile à la fois.
Sa seule faute, « tenez-vous », c’est d’avoir trop aimé,
Ô humains, « honte à nous », nous sommes tous condamnés,
De n’avoir pas cru que Dieu nous l’a envoyé
Afin de nous racheter pour l’éternité.
L’homme ignore et ne veut pas croire en Jésus-Christ
Pourtant, Celui-ci est allé donner Sa Vie.
A toi de choisir, ô humain, ton vrai destin
Soit la mort éternelle ou « Jésus, Le Chemin ».
 
                                                         Poème écrit par Sylvia IBRAHIM