L’olivier est presque l’arbre par excellence dans la Bible car il apporte non seulement une richesse économique mais avec ses nombreuses vertus pour l’être humain, son huile est utilisée de façon multiple dans le récit biblique. Il fait partie des prémices qu’on offre à l’Eternel (Exode 22 : 29) « Tu ne différeras pas de m’offrir les prémices de ta moisson et de ta vendange ». Les prémices sont les prélèvements des premiers fruits mûrs offerts à l’Eternel et l’huile d’olive en fait partie ; « Les enfants d’Israël donnèrent en abondance les prémices du blé, du moût, de l’huile, du miel et de tous les produits des champs » (2 Chroniques 31 : 5)
 oliveverte

 

L’huile d’olive joue un rôle non négligeable dans le temple car Dieu a ordonné aux enfants d’Israël « d’apporter pour le chandelier de l’huile pure d’olives concassées, afin d’entretenir les lampes continuellement » (Exode 27 : 20).
L’olivier est un des arbres qui font la richesse du pays de Canaan comme le cite si bien l’Ancien testament : « Car l’Eternel ton Dieu va te faire entrer dans un bon pays, pays de cours d’eau…pays de froment, d’orges, de vignes, de figuiers et de grenadiers ; pays d’oliviers et de miel.. » (Deutéronome 8 :7-8). L’olivier a une place particulière dans le cœur de Dieu car il symbolise Israël et on le rencontre surtout dans des récits très marquants de la Bible.

olivecolombe

Il est mentionné dès le livre de la Genèse 8 verset11, qu’une feuille d’olivier a été arrachée par la colombe que Noé a lâchée pour savoir si les eaux du déluge diminuaient. « Associé à la colombe dans Genèse 8 :11, il continue d’être l’emblème de l’amitié et de la paix » (dictionnaire biblique pour tous, ed. LLB France, 1995, p.392). Cette feuille d’olivier symbolise quelque part la paix entre Dieu et l’homme. Plus tard dans le verset 20, après que le déluge eut cessé, Dieu dit « Je ne maudirai plus la terre à cause de l’homme parce que les pensées du cœur de l’homme sont mauvaises dès sa jeunesse, et je ne frapperai plus tout ce qui est vivant, comme je l’ai fait ».
David dans le psaume 52 au verset 10 se définissait en tant qu’olivier : « Et moi, je suis dans la maison de Dieu comme un olivier verdoyant, je me confie dans la bonté de Dieu éternellement et à jamais ». Il était poursuivi par le roi Saül en écrivant ce psaume et un édomite, du nom de Doëg a rapporté à Saül l’endroit où se cachait David. Mais Dieu a toujours protégé David et l’avertissait à chaque fois. David se comparait à un olivier verdoyant dans le sens que sa confiance en Dieu est inébranlable comme l’olivier qui est un arbre millénaire, qui est très solide dans ses racines. Contrairement à ce rapporteur qu’était Doëg, David se considère à l’abri dans la maison de Dieu, même s’il n’y habitait pas ; mais il dira à son ennemi qui a une langue trompeuse : « Aussi Dieu te détruira pour toujours, il te saisira et t’arrachera de ta tente, il te déracinera de la terre des vivants » (Psaume 52 verset 7).

 

olive-tree

 

Quelques siècles plus tard, le prophète Jérémie parle au peuple hébreu comme étant « l’olivier verdoyant » de Dieu, mais cette fois, avec des reproches à cause de son infidélité par rapport à son alliance avec son Créateur : « Olivier verdoyant, remarquable par la beauté de son fruit, tel est le nom que t’avait donné l’Eternel, au bruit d’un grand fracas, il l’embrase par le feu, et ses rameaux sont brisés. » (Jérémie 11 : 16).
«L’olivier verdoyant » est quelque chose de beau, puisque ces feuilles montrent la splendeur de l’arbre ; Pourquoi Dieu a choisi cet arbre en particulier ? Il est vrai que par son aspect, c’est un arbre splendide et comme il fait partie des richesses du pays de Canaan (grâce aussi à l’huile qu’on y extrait), l’israélite comprend mieux ce langage ; cet arbre est presque considéré comme sacré grâce à tout l’apport économique et spirituel qu’il procure.

 

Si Israël a reçu de la part de Dieu cette réprimande dans le livre de Jérémie, plus tard, Dieu va la rétablir et lui donnera la splendeur d’un olivier régénéré comme le montre le prophète Osée : « Je réparerai leur infidélité, j’aurai pour eux un amour sincère car ma colère s’est détournée d’eux. Je serai comme la rosée pour Israël, il fleurira comme le lis, et il poussera des racines comme le Liban. Ses rameaux s’étendront ; il aura la magnificence de l’olivier, et les parfums du Liban. » (Osée 14 : 4-6).

 

L’olivier peut symboliquement contribuer avec la vigne au bonheur d’un foyer familial. Le tronc d’un vieil olivier est souvent entouré de rejets vigoureux. Il est question de ces plants d’olivier qui par leur jeunesse ont de la vigueur comme les fils de cet homme dans le Psaume 128 : 1-3 : « Heureux tout homme qui craint l’Eternel, qui marche dans ses voies. Tu jouis alors du travail de tes mains, tu es heureux, tu prospères. Ta femme est comme une vigne féconde à l’intérieur de ta maison, et tes fils sont comme des plants d’olivier autour de ta table ».

olivessoleil

 

Enfin, Israël est de nouveau appelé « l’olivier franc » par l’apôtre Paul dans l’épître aux Romains, contrairement aux chrétiens issus du paganisme qu’il appelle « l’olivier sauvage ». « Si toi, qui étais un olivier sauvage, tu as été greffé à leur place, et rendu participant de la racine nourricière de l’olivier, ne te glorifies pas aux dépens de ces branches. Si tu te glorifies, sache que ce n’est pas toi qui portes la racine mais que c’est la racine qui te porte » (Romains 11 : 17-18).
Les chrétiens issus des nations sont donc entièrement dépendants de la racine nourricière de l’olivier qu’est Jésus. Par ailleurs, l’apôtre souligne bien qu’Israël n’est pas oublié, à une condition : « Eux, de même, s’ils ne persistent pas dans l’incrédulité, ils seront greffés ; car Dieu est puissant pour les greffer de nouveau. Si toi, tu as été coupé de l’olivier sauvage selon sa nature, et greffé contrairement à ta nature sur l’olivier franc, à plus forte raison eux seront-ils greffés selon leur nature sur leur propre olivier » (Romains 11 : 23-24).
Lorsqu’un juif en tant qu’olivier franc reconnaît en Jésus son Sauveur personnel, il ne fait que revenir à sa vraie racine, à sa vraie identité, sur son propre olivier.
                                                                                                                                                                        Sylvia IBRAHIM